04 avril 2017

Ils me manquent...

Toujours la même rengaine. Toujours ce même sentiment de vide intérieur. Toujours ce silence écrasant qui me colle à la peau. Ces vacances sans moi, ces brides de leurs vies que je ne connaîtrai jamais, je les hais. Je les déteste, je leur crache à la gueule. Je fais mine de faire bonne figure mais intérieurement je hurle. Je les voudrais là, près de moi, avec leur espièglerie, leurs rires qui résonneraient dans mon coeur. Devenir maman m'a bien plus que changer la vie: cela m'a changé tout court. Je ne suis plus la même et... [Lire la suite]
Posté par Maman Prout à 19:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

02 mars 2017

La nature humaine

J'ai l'impression d'être un bisounours. Pourtant, de multiples épreuves ont jalonné ma vie: je suis née avec une maladie rare, j'ai été de nombreuses fois opérée, anciennement obèse morbide, je suis devenue maman solo...mais j'ai toujours cru en l'avenir, en le positif du quotidien. Je travaille avec de l'humain, de tout petits riquiquis humains, des humains à l'état brut. Les pépites de l'humanité. Pour faire ce boulot, la passion est nécessaire. L'espérance aussi. Je crois vraiment en la nature humaine, surtout quand je les... [Lire la suite]
Posté par Maman Prout à 21:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 avril 2016

La moitié des vacances scolaires

Notre semaine de vacances est passée à 100 à l'heure, multipliant les sorties, les découvertes et autres petits plaisirs. Zébulon a porté un python, Ouistiti a goûté du crabe et moi, j'ai fait des centaines de kilomètres pour tremper nos 3 paires de pieds dans l'océan et faire des châteaux de sable. Du bonheur à l'état brut. Aujourd'hui pourtant, tout s'est arrêté, net. Aujourd'hui a débuté la semaine chez papa. Cette première semaine de séparation, cette première semaine sans eux. Sept jours, sept nuits, sans les sentir, sans les... [Lire la suite]
07 janvier 2015

Comme une envie de gerber...

Mercredi 7 Janvier 2015. Je pourrai te parler du début des soldes qui m'indiffèrent totalement. Je pourrai te parler de mon mal de dos, mon mal de crâne, de ma tension qui r'monte en mode râleuse de l'extrême. Je pourrai te parler de ce nouveau livre de Maxime Chattam que je dévore littéralement. Non. La journée avait pourtant commencé des plus banalement. Un déjeuner en famille et je pars piquer une petite sieste en même temps que mes maximonstres. La vie d'une banalité extrême. Les cris d'Ouistiti me réveillent, mais Papa Prout gère... [Lire la suite]