mamanprout_bashingzébulon

Les réseaux sociaux, c'est bien joli, ça entretient illusoirement les liens avec des gens à peine connus, aux quatre coins du monde. C'est aussi un déversoir à merdes. Bien planqués derrière leur smartphone ou l'ordinateur familial, certains ne se gênent pas de balancer leurs pensées les plus abjectes, sans se soucier des conséquences. Neurone unique, bonjour. Je le savais. Je l'ai toujours su. Voilà pourquoi je tente de bien maîtriser toutes mes publications, pour rester dans les clous tout en étant moi-même sur la Toile. Néanmoins, quand ça commence à toucher à ma progéniture, je vois rouge et mon coeur de maman saigne...

Ma progéniture. Enfin ma fille. Zébulon. Même pas encore 8 ans. Bordel de merde!

J'ai découvert totalement par hasard (vive les algorithmes Twitter) le compte de la mère de la meilleure amie de ma fille Zébulon. Et un tweet plutôt méchant citant ma fille, son prénom tout bien en lettres capitales. La dénigrant ouvertement et riant joyeusement avec ses abonnés au même niveau qu'elle. De ma fille. Pas encore 8 ans! Cette même mère qui invite ma fille chez elle, à jouer, tout sourire, tout mielleux. Une fois. Deux fois. Trois fois. Entente cordiale. SMS conviviaux. Sourires à la porte d'entrée. Et coup de massue sur les réseaux sociaux.

Ce tweet date du début du mois. Depuis, cette même mère, que je soupçonne "double facette" terme politiquement correct (c'est ma seule explication), a invité Zébulon à l'anniversaire de sa fille. Aire de jeux, coeur sur l'enveloppe, SMS de demande de disponibilités pour que Zébulon soit absolument là et tout le tralala. Évidemment c'est ce week-end. Et me voilà devant un dilemme cornélien: laisser ma fille s'éclater avec ses amis sous la responsabilité de cette femme qui la dénigre ouvertement ou l'empêcher d'y aller tant ma colère est prête à exploser? J'ai ruminé, ruminé, ruminé, de longues heures. Pour ne trouver que cette solution, le pilier de l'éducation que je donne à mes maximonstres: la vérité.

J'ai attendu qu'Ouistiti soit paisiblement à la sieste pour parler sérieusement à ma Zébulon. Sans télé ou autre distraction. J'ai parlé de ma tristesse et de ma colère à la découverte de propos méchants tenus par la mère de sa meilleure amie. Que je n'étais absolument pas d'accord avec elle. Qu'elle était une petite fille merveilleuse, intelligente et drôle. Mais que maintenant, elle était assez grande pour prendre cette difficile décision: aller à l'anniversaire et voir cette personne qui dit des choses méchantes sur elle; ou bien, ne pas y aller et rater les 8 ans de sa meilleure amie?

Nous étions toutes les deux en larmes. Mon coeur si gros, si lourd. Son petit visage décomposée et son nez qui vibrait. Nous ne devrions pas avoir ce genre de discussion, pas à son âge. Néanmoins, presque du tact au tact, elle m'a dit. Je ne veux plus jamais voir la maman de ma meilleure amie, je n'irai pas à l'anniversaire, je n'irai plus jamais chez elle, elle est trop méchante et ça me fait très mal dans mon coeur. J'espère juste que mon amie ne m'en voudra pas de ne pas être venue. J'ai peur de la perdre.

Je lui ai proposé la chose la plus sensé à faire: écrire une lettre pour poser sur le papier ses sentiments et la remettre à l'école lundi. Immédiatement, elle était partante. Elle a dicté ses mots à elle. Elle a décoré avec son amour. Elle a scellé l'enveloppe et m'a répété comme un mantra, un peu pour se convaincre elle-même: je sais qu'elle me pardonnera, je sais qu'elle sera toujours mon amie!

Alors j'ai fait ce que toute mère ferait, je l'ai serré fort dans mes bras, engouffrant mon nez dans sa chevelure couleur des blés, je l'ai bercé, doucement, même si maintenant elle dépasse de partout et je lui ai dit que je l'aimerai, à tout jamais. Je tenterai toujours de la protéger des gens méchants qui croiseront son chemin, car il y en aura d'autres. Bref, aujourd'hui est le jour où mon coeur de maman a saigné...

mamanprout_bashingzébulon1