mamanprout_défigurée

DEFIGURER: verbe trans. Altérer l'aspect du corps, et en particulier les traits du visage, jusqu'à le rendre méconnaissable. Altérer l'aspect réel d'une chose.

 

2002, j'ai tout envoyé balader: ma maladie rare et moi, tant pis, on restera ainsi. Ce visage, ce regard, je l'ai apprivoisé, j'ai appris à l'accepter, tant bien que mal. Toute mon adolescence, toute ma vie d'adulte, j'avais cet oeil différent, cet oeil qui paraissait triste alors que moi, je pétillais de l'intérieur. Peut-être un peu trop, pour compenser. Mais çà, c'est une autre histoire. C'était ma norme. C'était moi. Tout simplement. Cela ne m'a pas empêché d'avoir des amoureux, cela ne m'a pas empêché d'avoir des enfants et même que tout ce beau p'tit monde me trouvait "jolie". Comme quoi on peut vivre avec une différence. Presque normalement. Je dis presque parce que malgré tout, le temps me rattrape. Depuis plusieurs mois, mon naevus a changé: il saigne, il grossit, il affaisse lamentablement ma paupière ce qui entraîne une ombre dans mon champ de vision, il me fait mal bref, il n'en fait qu'à sa tête. "C'est plus mon copain", comme dirait mon Ouistiti. Clairement, il m'handicape dans ma vie de tous les jours, pour conduire, pour gérer des relations au boulot. Cela ne pouvait plus durer. Et ce revirement soudain me laisse angoisser sur un futur plus sombre. L'épée de Damoclès du mélanome. Car qui dit 16 ans sans opération, dit 16 ans sans biopsie, dit 16 ans sans suivi. Gloups.

Alors j'ai fait ce qu'il y avait de sensé à faire: j'ai pris rendez-vous auprès de mon chirurgien. Il était interne à l'époque, maintenant c'est lui le big boss. Putain, mais en fait, j'ai vraiment vieilli. J'ai patienté 9 mois. 9 longs mois pour avoir le privilège de le revoir. Aujourd'hui. Il m'a dit qu'il pourra faire quelque chose pour moi, pour améliorer mon regard. Remonter ma paupière inférieure, redéfinir le coin externe (en réalisant un p'tit trou dans mon crâne pour fixer le muscle et que ça arrête de se barrer), affiner beaucoup mon naevus et remonter ma paupière supérieure. En gros, il va changer mon regard, en fait, il va modifier à jamais mon visage. Défigurer. Cela peut paraître totalement insensé au commun des mortels mais mon visage actuel, c'est mon visage à moi, c'est mon quotidien, c'est ma normalité. Le 31 mai prochain, pour améliorer ma vie, ce visage va devoir être transformé. Je serai alors défigurée. Et je vais devoir réapprendre à apprivoiser ce nouvel oeil, réapprendre à l'accepter, qu'il devienne peu à peu, moi. Ce n'est pas une construction facile, dans ma tête. Vais-je me trouver encore jolie? Mes enfants ne seront-ils pas rebutés par mon nouveau regard? Et au travail, moi qui suis au coeur des relations humaines, vais-je réussir à le surpasser? Encore quelques semaines d'angoisse à patienter. La vie n'est décidément pas un long fleuve tranquille...