"Salut, comment vont les petits? Je tenais à t'informer que durant les vacances, ils vont faire connaissance avec mon amie, je préfère te le dire plutôt que tu l'apprennes par eux." Ce SMS, je ne l'attendais pas. Enfin si, parce que de mon côté, j'ai déjà pensé à présenter certains hommes avec qui je suis sortie depuis mon divorce à mes enfants. Mais non. Trop tôt ou pas assez sûre de mes choix. Ce n'est quand même pas rien, ça officialise tout de suite une relation, il ne faudrait pas se planter. Bref, je m'y attendais sans m'y attendre. Une belle-mère. Deux ans déjà de séparation et mes deux maximonstres vont voir une nouvelle adulte entrer dans leur vie. Cela fait déjà quelques mois que je parle ouvertement d'un éventuel beau-père ou d'une éventuelle belle-mère avec Zébulon, mais rien n'était réellement concret. C'était plus pour lui faire bien comprendre que maman et papa, c'est fini pour la vie mais ça ne nous empêchera pas d'être heureux. Là, c'est différent. Bing dans ta gueule la réalité.

Mes premières inquiétudes de mère vont inévitablement sur la relation qu'ils vont engager tous les 3. Sera-t-elle gentille? Sera-t-elle patiente avec mon coquin d'Ouistiti? Sera-t-elle maligne pour apprivoiser ma timide Zébulon? Les appréciera-t-elle, au moins un peu? N'est-elle pas la vilaine marâtre qui a hanté tous mes Disney préférés? J'ai peur que cela se passe mal même si je souhaite que cela se passe bien. Tout au fond de moi, j'ai l'impression de devoir les partager encore un peu plus. Presqu'comme si ma place de mère était remise en question. Morcelée. Je suis morcelée.

Tout le monde me dit qu'elle doit flipper aussi de cette première rencontre avec mes enfants. Moi je dis qu'elle fait bien de flipper! C'est mes deux amours, c'est la chair de ma chair, il faut les protéger, il faut y faire attention. J'espère qu'elle sera à la hauteur, à leur hauteur. Mes enfants ont le droit que, nous tous, adultes, les protégeons de nos vies d'adulte, nos querelles en tout genre et de ce monde parfois merdique qui nous entoure. Mais à vrai dire, pour cette étape si naturelle dans leurs vies, je crois bien que c'est moi qui flippe le plus. Voilà une semaine qu'ils sont partis chez leur père, ils rentrent d'ici quelques heures et j'ai qu'une hâte, les serrer fort dans mes bras, leur répéter un milliard de fois que je les aime et peut-être, s'ils le désirent, écouter patiemment le récit de cette première rencontre avec leur belle-mère.

mamanprout_cendrillondisney