La fatigue m'envahit. Ce n'est pas le mois de novembre, prémisse de la déprime hivernale, qui en est la cause, mais bien ma situation. Je suis une mère précaire. Pour ne pas dire en carton. En ce moment, j'ai le sentiment de n'être ni à ma place, ni considérée telle que je suis. Je suis lasse d'être dans une voie sans issue. Ne t'es-tu jamais dit: "Pour ce que je fais, je suis sous-payée, à quoi bon persévérer"? Moi, constamment. J'ai l'impression de me battre contre un vaste courant d'air, pour rien. Déjà, j'ai mal commencé dans la vie: je suis une fille. Merde, je vais aller me faire greffer une paire de coucougnettes, j'aurai +16% de salaire. Qui plus est, avec une tâche de naissance sur le visage. Et toujours cette incontrôlable question d'inconnus: "Mais que vous est-il arrivé?" Ferme ta gueule, ça changera pas ma tronche. Pour autant, j'ai toujours eu ce sentiment d'être une warrior, d'avancer malgré les obstacles, d'être dans cette résilience, propre aux enfants malades. Maintenant, sur le papier, j'ai presque une vie idyllique: je suis une trentenaire avec 2 enfants en bonne santé, j'ai un CDI avec un poste à responsabilités, j'ai un toit sur ma tête et même une pension alimentaire payée en temps et en heure...ah oui, j'oubliais, je suis une blogueuse influente. Nan mais la grosse blague. Ma vie, c'est pas Instagram. Redescendons sur Terre. Hier, j'ai fait une demande de logement social et ça m'a coûté moralement. Parce qu'à trois dans un T2 de 50 mètres carrés bouffé d'humidité, c'est plus que compliqué. Hier, j'ai reçu des chèques cadeaux de mon entreprise, comme cadeaux de Noël. Mais je n'ai pas dit: "Youpi, je vais pouvoir me faire plaisir!" mais plutôt: "Je vais pouvoir me payer un gros plein de courses à Leclerc...". Hier, j'ai accepté d'écrire un article sponsorisé sur mon blog, ce qui veut dire, que je serai payée pour çà, le truc qui va me catégoriser blogueuse-qui-se-fait-du-fric-sur-le-dos-de-ses-lecteurs, parce que j'avais besoin d'acheter un manteau d'hiver. Oui. Et accessoirement prévoir les dépenses type impôts/révision de la voiture de l'an prochain, parce que ça ne rentre pas du tout dans mon budget mensuel. On dit que l'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue quand même un peu. Je suis loin d'être dans une situation sociale misérable mais j'ai l'impression d'être dans une impasse. J'aimerai tellement faire mieux, faire plus pour mes enfants. Eux, ils le méritent. Je m'autoflagelle, je sais. J'ai le sentiment de ne pas être à la hauteur. De ne jamais être à la hauteur. Demander une augmentation ou trouver un autre travail mieux rémunéré, changer de logement, partir en vacances...et arrêter de se soucier sans cesse du quotidien. Ma charge mentale est proche du million. On peut arrêter le temps? Recommencer? J'aurais certainement choisi un autre métier. Attention, j'adore le mien, mais le social...bah ça reste le social: certains s'imaginent encore que je suis une bonne sœur et que je fais çà pour la bonne cause, parce que je suis gentille. Trop peut-être. Dans cet état pitoyable (passager, je l'espère), j'ai réactivé mon compte sur AdopteUnMec. Bah oui, forcément, quand on est au top de ses capacités, c'est le bon moment de trouver l'homme idéal, qui plus est, par le meilleur moyen qu'il soit. Je mérite des claques. Alors certes, cette fois-ci, je n'ai pas eu le gentleman qui m'a demandé: "Tu aimerais me mettre un doigt dans le cul?" mais d'autres spécimens de la gente masculine qui ont osé le: "Je suis taquin et coquin!" ou  au bout de 5 jours "Je crois que je suis en train de tomber amoureux de toi... #CoeurAvecLesDoigts" et encore "G 52 an mé té tro crakante, j'aimeré tro te rencontré!". Je vomis maintenant ou? Les mecs normaux, ça existe encore? Je demande hein... Bref, je crois que ce n'est pas encore le bon moment pour me reconstruire en tant que femme. Je vais déjà tenter de faire un peu mieux en tant que mère. Cela serait déjà pas mal. Tu m'envoies une dose d'arc-en-ciel pour illuminer un peu mon quotidien? Comment çà, non, ça s'achète pas sur Amazon? Bon...alors je vais simplement continuer d'avancer...parce que c'est ce que font toutes les bonnes mères.

mother_by_naiwe

Source