belly-cute-disney-gif-Favim

Pendant ses dix-huit derniers mois, j'ai perdu un tiers de moi-même. C'est assez impressionnant. J'ai d'ailleurs encore du mal à réaliser. Malgré les jolies photos que je peux montrer sur mes réseaux sociaux, mes tenues de pin-up qui tentent de me mettre en valeur, la réalité du dessous est tout autre. Ma peau n'a pas tout à fait suivi le même parcours que moi: à présent légèrement pendouillante, mes cicatrices, mes vergetures et ma cellulite n'ont pas voulu me quitter. Bougresses! Certes ce n'est pas catastrophique au point d'avoir un tablier mais quand même, je pense déjà à comment tout cela va vieillir.

Je n'ai pourtant pas lésiné sur la crème à appliquer sur mes cuisses, mon adorable fessier et mon bidon à vagues...au début. J'ai voulu que tout se remette en place avec du sport, chevauchant David frénétiquement...au début. Mais finalement, il faudra peut-être que je passe par la manière forte, en envisageant des traitements esthétiques un peu plus costauds. Si c'est possible, j'aimerai éviter le body-lift ou tout autre chirurgie réparatrice ultra agressive: j'ai dû mal à imaginer que l'on me coupe littéralement en deux pour retirer 20 à 30 centimètres de peau puis à me recoudre circulairement. Je crois que j'ai eu bien assez de cicatrices dans ma vie, dans tous les sens du terme.

Alors comme toute trentenaire de son temps, je furette sur Internet à la recherche d'autres soins qui pourraient améliorer la qualité de ma peau, visuellement et élastiquement parlant. J'ai découvert la cavitation anti-cellulite, une technique à base d'ultra-sons pour réduire le volume des amas graisseux. Il y a aussi la cryolipolyse qui promet de dissoudre ton gras grâce au froid ou encore la carboxythérapie, avec des injections de CO2 sous la peau, les vergetures et la cellulite diminueraient nettement. Des techniques non invasives mais qui ont un coût. A réfléchir donc (au cas où je gagnerai au Loto).

Peut-être que la solution est de m'accepter telle que je suis, avec ce nouveau corps que je dois appréhender petit à petit. Apprendre à m'aimer avec mes cicatrices, mes vergetures et ma cellulite, le défi de toute une vie. Sans parler du regard des autres ou plutôt, du regard de l'autre: un homme dans ma vie, ça serait drôlement chouette un jour ou l'autre (n'oublions pas que j'ai changé Libérée, Délivrée, il y a peu) mais pourra-t-il m'aimer avec ce corps tellement loin des stéréotypes féminins? 

Article sponsorisé