Parfois, on ne sait pas la chance que l'on a et parfois si. Neuf mois déjà que je mesure à quel point c'est génial de s'éclater dans son travail. Se sentir enfin à sa place, utile. J'ai découvert le monde du handicap: des enfants et des jeunes tout simplement extraordinaires, une richesse pluridisciplinaire, une infrastructure topissime, une direction bienveillante. Dès le premier jour, j'ai dépassé le fauteuil roulant, la sonde gastrique ou autre "dys", je n'ai vu que des enfants. Des enfants attachants, des enfants bourrés de talents, des enfants qui aiment jouer, chanter, nager, rire. Des enfants qui aiment vivre pleinement tout simplement. Aujourd'hui, je dois les quitter. Mon CDD se termine, une page de mon histoire professionnelle se referme. Douloureusement. J'ai pleuré. Beaucoup. Ces neuf mois à l'IME m'ont marqué profondément, m'ont changé profondément. Je ressors grandie...avec une furieuse envie d'y retourner. Je n'oublierai jamais cet ado aux yeux pétillants de malice qui aime regarder passer les jolies filles. Je n'oublierai jamais cette toute petite fille qui aime tant la musique et attraper mes mains pour jouer en atelier sensoriel. Je n'oublierai jamais cette jeune femme au sourire si communicatif pendant notre séjour au zoo. Je n'oublierai jamais ce grand bonhomme qui adore m'éclabousser dans la piscine tous les vendredis. Je n'oublierai jamais cette fille à la coupe garçonne et sa joie profonde à l'écoute de la musicothérapeute. Je n'oublierai jamais cet ado au regard qui te transperce l'âme et sa passion entêtante pour la musique. Je n'oublierai jamais cette jeune fille au rire si drôle et aux cheveux si rebelles. Et je n'oublierai jamais ce garçon qui communiquait avec ses mains et ses câlins. Je pleure encore de devoir les quitter ou plutôt, de les avoir quitter. C'était mon dernier jour aujourd'hui. Une journée chargée d'émotions, une journée pleine de dernières fois, le coeur serré. Il y a toute l'équipe aussi: des personnes tellement...il n'y a pas de mot. Je n'oublierai jamais celle qui m'a tout appris, ses foulards magnifiques et sa douceur infinie avec les enfants. Je n'oublierai jamais ces collègues qui ont bossé en binôme avec moi et qui m'ont guidé et épaulé avec tant de bienveillance. C'est dur de quitter un lieu où l'on se sent bien. Une nouvelle aventure s'ouvre à moi. Mais putain, qu'est ce qu'ils vont me manquer...

mamanprout_quitterlime