mamanprout_blogueuse

Bientôt 3 ans que je blogue. Je ne vais pas me voiler la face, être blogueuse est devenue une partie de moi. Pourtant ce n'est pas écrit sur mon front mais il y a des petits détails qui ne trompent pas. Rien que dans ma maison, Maman Prout s'affiche clairement. Je parle facilement de cette passion de geekette, d'écrire plus vite que ma cervelle, de me livrer sur moi et ma famille à des inconnus comme une thérapie, de m'éclater à photographier ou tourner des vidéos, de profiter de toute la richesse des rencontres qu'engendre mon blog. Mais voilà. Je m'interroge: à des nouvelles personnes, je le dis ou je ne le dis pas? C'est pourtant une grande part de ma vie, bien plus qu'un simple hobby. Sauf que Maman Prout n'est pas très vendeur: soit ça fait rire deux minutes comme une blague de maternelle, soit ça attire comme des bouches les fêlés du cul. En plus, je parle de tout tout tout sur mon blog, mes coups d'coeur, mes mésaventures, ma renaissance, mes coups durs, ma vie d'avant la séparation, se dévoiler autant, en une seule fois, ce n'est pas bien flatteur, non? Sans parler que mon visage et mon corps en entier s'exposent maintenant ici et sur mes réseaux sociaux. Impossible d'être incognito. Je suis fière de mon blog, de l'avoir vu grandir mais franchement, pour une nouvelle rencontre, je ne trouve pas que c'est se montrer sous son meilleur angle (#jenesuispasuneblogueusemode). Alors ça cogite sous ma tignasse: j'en parle ou pas? Et si j'en parle, je glisse çà comment. Bref, s'assumer en tant que blogueuse. Il y a encore du chemin.