J'entends souvent parler de la difficulté pour le couple à l'arrivée du premier enfant...tous ces chamboulements qui en découlent, ce quotidien tout nouveau à appréhender, certains n'y résistent pas... Apparemment, jusqu'à 1 couple sur 2 se sépare pendant la première année de l'enfant. Personnellement, l'arrivée de Zébulon n'a pas été catastrophique, nous avons vite trouvé un équilibre, une nounou à petites journées, un papa avec une vraie place, une baby-sitter pour sortir en soirée, le retour pour moi dans un travail épanouissant (non sans difficultés à laisser ma fille). J'avais l'impression d'être mieux préparée. Mais l'arrivée d'Ouistiti, ce second enfant, ce fut un vrai cataclysme...mais çà, peu en parle. J'vais pourtant te raconter cette vérité dérangeante.

LA LA LA

En fait, j'crois que personne ne dit trop rien pour la survie de l'espèce. Naïve que je suis, je pensais sincèrement que le plus dur était passé: après le tâtonnement du premier enfant, après cet équilibre à chercher, ça aurait dû être simple de greffer un deuxième maximonstre à notre famille. Que tout serait beau, tout le monde s'aimerait fort, et gnian gnian gnian, et gnian gnian gnian...

bartlisa_hug

Bah non. Pas vraiment. Pas du tout même. L'arrivée d'un second enfant, c'est bien plus de difficultés que l'arrivée d'un premier. Parce que l'on compare...et quand le premier a été tellement parfait, c'est dur dur que le second soit au niveau. Parce que l'on avait pas imaginé à quel point l'histoire que ce soit une fille ou un garçon chamboule notre lien. Parce que passer de 3 à 4, c'est faire le deuil d'une vie à 3 pour en créer l'une nouvelle à 4.

tumblr_loezj1QaOT1qm6lezo1_500

Il y a eu la jalousie fraternelle. J'ai beau avoir lu encore et encore sur le sujet, tant qu'on ne le vit pas, la compréhension est limitée. Une Zébulon de 4 ans et demi redevenir un gros bébé, demander la becquée, pleurer, chouiner, quémander, être pot-de-glue, réclamer l'attention 24h/24, refaire des cauchemars, bref, c'est comme rentrer de la maternité avec deux bébés aux besoins intenses. J'étais pas prête. Papa Prout non plus. Ce second enfant, ce dernier enfant, je le voulais tout pour moi, profiter, un tête à tête, de l'exclusivité, vivre intensément chaque seconde, car le temps file déjà entre les doigts... Parce que je devais faire un deuil de la maternité. Plus jamais je ne revivrai mon gros bidon et les nombreuses premières fois...

tumblr_inline_nmbx1uvISc1rgg1jm

Erreur fatale. Les trois premiers mois furent éprouvant. Le silence, les cris, les incompréhensions. Tout cela nous a rongé. La dualité père-fils est bien là: un bébé normal, qui pleure, qui réclame des bras protecteurs et l'odeur de sa maman, après un bébé parfait qui dort, qui pleure jamais, c'est violent. Pourtant, il est cool notre Ouistiti, il dort la nuit près de 12 heures, il est calé pour l'alimentation, il capte n'importe quel regard et te fait fondre en quelques instants. Mais il n'est pas Zébulon. La dualité mère-fille, déjà présente, s'est aussi exacerbée: je n'arrivais pas à lâcher Ouistiti pour m'occuper de Zébulon autant qu'elle le voulait. J'avais l'impression de me forcer. Tout ce qu'elle faisait, disait, m'énerver...

tumblr_inline_mv67jePmxq1r8oogf 

J'ai douté, je me suis questionnée, j'allais donner deux éducations différentes à mes enfants, tout çà me perturbait beaucoup. Trouver une nouvelle place de maman à deux enfants. Trouver du temps pour son couple. Redonner une place à chacun. Beaucoup plus difficile qu'on ne le croit. J'ai pensé que tout allait voler en éclats. Je le pense peut-être encore. Ce n'est pas simplement avoir un second enfant, c'est un cataclysme auquel il faut survivre: un changement de vie inévitable qu'il faut surmonter. Pas de retour en arrière possible...

lotr-pleur-fin

Pourquoi c'est si difficile la construction de sa famille? Pourquoi doit-on être une mère parfaite, aimante, douce, aussi bien pour l'un que pour l'autre? Comment préserver son couple et ne pas être que des parents? Comment se sentir utile quand on passe au statut de mère au foyer? Comment garder du temps pour soi pour ne pas s'oublier? Comment être tout à la fois et garder le sourire, que chaque jour passe?

im-going-on-an-adventure2

Comme le dit la définition, la famille est une aventure: une suite de péripéties, de rebondissements, comportant une grande part d'inconnu. Nous ne savons pas vraiment où tout cela va nous mener. Suffit juste que tous les protagonistes visent le même objectif: avancer, se construire ensemble, avec les différences et les difficultés, au gré des rencontres. Cela peut être douloureux, magique, angoissant, heureux. Une pointe de furitriste... Cinq mois déjà que nous sommes 4, il y a du mieux, mais j'ai l'impression d'être une funambule.

94894838_o