C'est l'histoire d'une petite fille ordinaire qui, un jour, s'est fait un gros bobo sur le menton. Du haut de ses même pas 5 ans, rien de bien exceptionnel et pourtant... En maman presque parfaite, je lui nettoie sa blessure et sort la boîte à pansements de la pharmacie. Et là, c'est le drame! Des pleurs, de la terreur dans sa petite voix fluette, des supplications "Nooon, je veux pas çà, je vais être pas belle!" Une ampoule s'est allumée dans mon tortueux cerveau, comment çà "pas belle"? Ma petite blonde aux yeux bleus, ma fan de bagues, colliers et barrettes, ma coquine qui ferait tout pour porter une robe... Celle-ci même qui, vers 15 mois, à peine sachant marcher, s'arrêtait devant les vitrines des magasins de sacs à main. Je suis bien obligée de protéger son bobo et les larmes commencent à rouler sur ses joues, terminant leur course folle dans le gros pansement blanc. Je lui pose alors cette question anodine: "C'est quoi être belle?" Ses yeux me transpercent, et me répond "Ce n'est pas d'avoir de pansements sur le visage, d'avoir une robe, des bijoux et un serre-tête avec un noeud." Mazette, mais comment a-t-elle pu se convaincre de pareilles inepties! Elle aime le rose, le violet, les brillants, les paillettes, rien qui me semblait anormal. Mais de là à souhaiter se normaliser pour se satisfaire de soi-même, il y a un gouffre. Je lui explique que ça ne veut pas dire grand chose "être belle" chacun a des critères différents, elle peut trouver quelque chose de jolie et moi, moche! Je lui dis que maman la trouvera toujours belle, quoiqu'il arrive mais il y a peut-être des personnes qui ne penseront pas la même chose (rapport avec ce qu'elle peut me raconter de l'école). Et là, elle me dit une réponse qui restera à jamais graver dans ma mémoire: "Bah s'ils me trouvent pas jolie, je ferai tout pour qu'ils me trouvent jolie!" Je suis désamparée, désarmée, j'ai tenté maladroitement de lui parler que l'important c'était pas d'être belle à l'extérieur, mais d'être belle dans son coeur, gentille, heureuse, aimante... En fait, je n'ai pas su. Mon cerveau s'emballe, accélère le temps, quelle image a-t-elle d'elle-même? Qu'est-ce que cela va-t-il devenir en primaire? A l'adolescence? Comment l'aider à changer cette vision biaisée? Je suis perdue. Moi qui ai grandi avec une différence physique visible, je me suis toujours battue pour dire que le physique importait peu... Ma fille. La chair de ma chair. Je ne veux pas qu'elle grandisse avec l'idée que être belle, c'est le seul but dans la vie. Mais comment?

mamanprout_moche