mamanprout_quémander

Il y a des jours, où je ne supporte plus ma fille.

La moutarde m'est à nouveau montée au nez, mercredi dernier. Après-midi entre filles, j'ai l'espoir de lui faire plaisir et lui réservant une belle surprise: aller voir Cendrillon au cinéma. Tout se passe bien, on rigole, elle picore des bonbons, rêve de la belle robe bleue avec les papillons puis la séance se termine. A peine, avons nous mis un pied sur le bitume qu'elle recommence: "Et on va au restaurant maintenant? Oh, ça fait longtemps que l'on n'est pas allé au parc d'attractions!!!! Je veux aller faire du manège!" Je peux me brosser avec mon espoir d'un "Merci Maman, c'était trop chouette." Idiote, que je suis...

Des réclamations, des "je veux ci, je veux çà" à n'en plus finir, ça me met hors de moi. Du haut de ses presqu'5 ans, quémander, je ne le supporte plus. Zébulon est pourtant une petite fille privilégiée: elle va au cinéma, au restaurant, aux aires de jeux, en vacances, reçoit quelques cadeaux, quand nous le décidons...elle est loin d'être à plaindre. Alors pourquoi toujours plus? Pourquoi vouloir encore et encore? Croit-elle que recevoir, c'est se faire aimer? Que c'est un dû? Une normalité? Et ce n'est pas la venue de son p'tit frère Ouistiti qui a accentué la chose! Déjà avant, elle réclamait sans cesse...

Ce mercredi-là, j'avoue, j'étais dans une colère noire, impossible de me maîtriser. Moi qui travaille dans le social, qui suis de nature empathique, je ne conçois pas que ma fille ait ce penchant égoïste, pourrie gâtée. Alors j'ai crié. Sans retenu. Et j'ai mis l'une de mes plus vieilles menaces à excécution: j'ai vidé sa chambre. Toute sa chambre. Plus de livres, plus de jouets, rien qu'un lit et des meubles vides. Je peux te dire que ça lui a fait tout drôle au retour de l'école, alors nous avons discuté. Du partage, du don, des réclamations, du trop plein, de l'utile et l'inutile. Ce fut un bon point de départ pour repartir plus sereinement. Elle va rester plusieurs jours dans ces conditions, sans rien. Pour réfléchir, se poser d'autres questions. Puis, ce sera l'heure du grand tri de tout ce que j'ai retiré: les choses à garder, les choses pour Ouistiti parce qu'elle devient trop grande, les choses à donner ou à vendre à moins favorisés que soi. Malheureusement, j'ai peur que ses réclamations ne s'en aillent pas pour autant....

Et pourtant je suis formée... Je sais qu'à son âge, c'est la pensée égocentrique qui domine, l'âge de raison ne vient que vers 7 ans.

Est-ce le mauvais penchant d'être fille de blogueuse? Oui je reçois parfois des produits à tester, à découvrir. Est-ce cela qui a accentué son désir de possession? Je m'interroge... Je ne veux pas en faire un monstre d'égoïste. Je ne veux pas qu'elle grandisse dans l'idée que d'avoir, c'est pouvoir. J'aimerai qu'elle se réjouisse des choses simples de la vie, sans se dire qu'elle est moins bien que l'autre qui a plus. Mais comment faire?

Mazette, que c'est compliqué l'éducation des enfants....