Pimagic-super-photo

Depuis quelques semaines, je suis tournée vers mon Ouistiti. Ok. si j'étais tout à fait honnête je dirai, "tournée uniquement vers Ouistiti". Mais je n'y peux rien, c'est comme çà. Dans ma bulle. En mode instinct primitif. Ses cris me vrillent les boyaux, ses regards me font fondre, ses mouvements accaparent mon attention. C'est une découverte, une rencontre. Un lien indéchiffrable. On se respire. Je n'aime pas quand il est dans les bras trop longtemps d'une autre personne parce qu'il change d'odeur. On s'ajuste. La sieste du matin c'est en écharpe de portage, celle de l'après-midi dans le lit. Les biberons c'est en quantité variable, de toutes façons, ce n'est pas une machine. On se procure du bien-être. J'aime les tensions de son corps qui s'évaporent pendant le massage après le bain, son visage qui s'illumine, ses doigts qui serrent si fortement au contact de mes pouces, ses pieds qui se tendent vers moi. On se frôle. Mes lèvres, mes joues contre son front, son nez, c'est si doux. Une vraie drogue. On se cramponne. Ses doigts attrapent mon tee-shirt, mes bras qui l'enlacent comme si c''était la dernière chose qui me retenait sur Terre. On se nourrit. Sa grande bouche qui cherche désepérément mon sein dans de grands mouvements mais qui reçoit un biberon en têtant frénétiquement. On s'apaise. Mon rythme cardiaque ralentit à son contact, ses yeux roulent en s'endormant contre ma peau. On se reconnaît. Son regard intense, ses premiers petits bruits de bouche, ses sourires qui ne me sont pas tout à fait destinés. Il me plaît ce bébé. Vraiment. On parle d'instinct maternel, je ne sais pas exactement si c'est çà. J'entends parler de maternage proximal, de pédagogies alternatives, et de tout un tas d'autres trucs pro ou anti-machin chose. A vrai dire, ça me passe au-dessus. J'ai jamais écouté les "faut faire ceci" ou les "ne fais surtout pas cela". Je suis plutôt ce que me dicte mon cerveau, un mix de beaucoup de choses, parfois ça marche, d'autres fois non, alors je réajuste. Il n'y a pas de bonnes façons de faire. Mais autant de façons qu'il y a de bébés dans ce monde. En fin de compte, nous sommes juste des animaux... Un bébé c'est bestial, animé par son élan de vie. Rattaché à la personne qui l'aide à survivre. Vraiment, j'arrête de réfléchir, de trop "cérébrer". Nous sommes juste des animaux...