Déjà quinze jours qu'Ouistiti est arrivé dans ma vie...

Quinze jours de découvertes, d'apprentissages, de doutes, de questionnements, de bonheur, d'amour...et de tâtonnements.

Ensemble, on a tout à apprendre, à s'apprendre. Moi qui suis cette maman marmotte, qui sans ses 9 heures de sommeil vire en mode Cruella. Lui qui est une vraie horloge, qui réclame bruyament son biberon toutes les 3h30. On doit s'accorder la nuit...pour la survie de l'espèce.

Alors j'ai ritualisé au maximum ses réveils nocturnes, pour que cela devienne des automatismes et nous donne des repères. Par exemple, quand il se met à crier dans son lit, premier réflexe j'allume sa lanterne magique "Jungle" qui diffuse une lumière toute douce. Ensuite, je peux aller préparer rapido son biberon: j'ai opté pour des Tommee Tippee hyper pratiques aussi bien pour la prise en main, la succion et le nettoyage, un chauffe-biberon Bib'Expresso vraiment instantané (quelques secondes) qui s'utilise d'une seule main, du lait en poudre Milumel pas très cher, garanti sans grumeaux et hygiénique grâce à son couvercle pop-up et sa cuillère clipsée et les bavoirs Funky Giraffe bien absorbants et si meugnons. Même la tête dans les fesses, il me faut moins d'une minute pour aller dans la cuisine, préparer le bib' et revenir dans sa chambre... Warrior, non?

C'est dans les murmures, les regards tendres, la pénombre et le confort du rocking-chair qu'Ouistiti dévore son biberon. Bien calée dans l'assise de La Couture de Steph et le coussin de Claralily, je serai presque prête à m'endormir avec lui. Mais ce coquin est trop fort, 60 ml dans le bide et hop il repart vers Morphée m'abandonnant là comme une gourde. Alors que dois-je faire? Le stimuler pour le rot? Bof, ça marche un coup sur deux. Le chatouiller pour le réveiller? Moyen, il se tortille mais ne daigne ouvrir les yeux, ou mieux, le bec! Alors aux grands maux les grands moyens, c'est direction la table à langer pour changer la couche: miracle, il ouvre les yeux et m'exprime son mécontentement (j'ai pas encore trouvé le truc pour réchauffer le liniment). Heureusement son petit cordon est déjà tombé, le changement de couche est donc plus rapide. Ensuite, il est plus open pour téter encore un peu. Pour le moment, il prend entre 90 et 120 ml par prise, Et on arrive à mon moment préféré: le gros câlin. Ce peau à peau si spécial où il sourit aux anges, où ses yeux roulent et où ses petits soupirs d'aise me font fondre. Mais la fatigue me gagne et il faut repartir chacun dans son lit.

Depuis la maternité, j'emmaillote Ouistiti. Je l'avais fait pour Zébulon les trois-quatre premières semaines avec la Couverture Miracle mais j'ai testé celle de The Gro Company et j'adore: légere, simple à utiliser et surtout, je vois que mon fils s'y sent bien. Il s'apaise illico et s'endort sereinement. Bref, après les câlinoux, je l'emmaillote, quelques bercements et zou, au dodo. Forcément dans mes bras, il dort, forcément à peine posé dans le lit, il ouvre les yeux. J'ai du bol, il ne fait que me regarder en baillant. Alors j'allume son Twilight Buddies Alligator (les étoiles bleues, ce sont ses préférées) et il s'endort seul. Enfin je crois car souvent je m'endors avant lui. Ou bien quand ce réveil nocturne part en cacahuète (pas souvent heureusement) parce qu'à peine installée sous la couette, je l'entends râler de plus en plus fort. Encore besoin de téter? Ou encore faim? Merde j'ai jeté la fin du bib'. Et où est la tétine propre? Non vu sa tronche, c'est pas çà. Un rot? Trop froid? Trop chaud? Encore un câlin? Et s'il avait poussé et que c'est le caca-aux-fesses qui gêne? Mon cerveau turbine à 100 à l'heure, moi la maman marmotte tête-dans-le-derrière, je dois trouver une solution et viiite histoire de pas réveiller toute la maisonnée et les voisins du dessus. Lourde responsabilité. Et je ne dois pas perdre patience. 

Mais ensemble on y arrive. On s'apprivoise.

Nos tâtonnements nocturnes...ces moments à nous, rien qu'à nous qui me fait sentir chaque jour, un peu plus maman.

13 

Crédit: Séverine D. - Photographe