Mon très cher toi, qui brave les couloirs aseptisés de la maternité pour venir à la rencontre de la huitième merveille du monde,

 

Je t'adresse cette petite lettre de survie pour ne pas te faire piéger comme tant de prédécesseurs avant toi. Car tu ne t'en doutes peut-être pas, mais c'est pas "tout à fait" moi que tu vas revoir, anarcher sur un lit d'hôpital. Non. Plutôt une bête féroce et apeurée, entre rire et larmes, le visage bouffie d'amour, le cheveu gras et raplapla, et d'une susceptibilité force 10.

Alors premier conseil, sois honnête mais pas trop. Ne me dis pas que je suis une toute jeune maman rayonnante. Avec mes dix vingt kilos en trop, mon ventre flasque, ma tronche épuisée cachée sous une couche mal étalée de BB Cream, non, je suis tout, sauf rayonnante. Aucun commentaire sur mon physique, mon état psychologique, mes hormones. Car fais gaffe, j'ai pas perdu mes dents dans la bataille (à bon entendeur). Un sourire mi-compatissant mi-enjoué suffira, merci. Pareil pour la huitième merveille du monde. S'il a la tête d'obus, le pif de grand-papy, les poils du yéti, promis, j'l'ai bien regardé avant toi, je le sais. Je déprime assez. Pas de remarques, pas de phrases de faux-cul: "Oh comme il est beau!!!!" Bref, un vrai jeu d'acteur. Mais ne dis pas que je ne t'avais pas prévenu.

Pitié, ne viens pas avec dans les mains une énième peluche qui va prendre la poussière sur l'étagère ou un pyjama déjà certainement trop petit ou à mettre qu'à ses 3 ans. Pense à moi, jeune maman épuisée qui s'est privée pendant neuf interminables mois pour faire grandir sa huitième merveille du monde. Lui sera déjà assez pourri gâté comme çà. Le vaurien. Toi tu auras ma reconnaissance éternelle si tu délaisses deux minutes le gnôme pour te soucier de mon état pathétique. Pour t'aider, voici ma wish-list spéciale "baleine à la maternité":

- du chocolat, mais du comme j'aime (sinon attention à la crise de larmichettes), donc au lait forcément, avec des noisettes ou d'autres trucs qui croustillent ou qui pétillent...mais pas le Côte d'Or, j'aime pas.

- du saucisson, mais du bon (genre qui pue la ferme, bien dur, pas trop gras), et n'oublie pas la p'tite planchette et le couteau aiguisé, parce que ça le ferait moyen de le dévorer à pleines dents au milieu de la troisième nuit du séjour...

- du fromage, du vrai de vrai qui dégouline, qui pue, qui colle sous la dent (camembert au lait cru, époisses, munster, roquefort, saint-nectaire, saleres, rocamadour...tu as l'embarras du choix) et surtout la petite boîte en plastique histoire de pas vivre 24h/24 dans une cave à fromages....

- des maki california au saumon et au thon (et des trop bons bien frais histoire que je chope pas une intox), parce qu'entre nous, la bouffe de la mater, euh, c'est tout un chef d'oeuvre, alors t'offusque pas si tu me les apportes à quatre heures, je les mangerai quand même...

- un mojito, mais pas du tout fait en bouteille trop beurk (j'ai essayé, j'ai pas adopté), un vrai de vrai avec du bon rhum cubain, des citrons verts bien juteux, de la menthe fraîche qui embaume, du Perrier et du sucre en poudre, alors soit tu me l'apportes tout fait (et je serai prête à te galocher), soit tu me susurres à l'oreille que tout çà m'attend sagement dans mon frigo....

- un bon pour 2h de massage/spa + une solution de baby-sitting (genre j'ai pas à culpabiliser de le laisser), et en pas trop loin de la maison...

- un bon pour des heures de ménage à la maison (parce que ma devise de survie c'est "quand il dort, je dors"), histoire de pas rejouer Apocalypse Now pendant les premiers mois de la huitième merveille...

Et enfin, ne te formalise pas de mes réactions, les hormones qui s'font la malle, c'est pas beau à voir, vraiment. J'ai envie d'être seule, mais pas trop, alors si je te chasse d'un regard appuyé, fais comme si de rien n'était, si je te parle comme un moulin à paroles, alimente la conversation, si je ne veux pas que tu prennes ma merveille, que tu le bisouilles, que tu lui donnes le biberon, parce que c'est le mien, à moi (mon préciiiiiiiiiiieux), c'est normal, ça viendra avec le temps, pas là quand j'ai le vagin en forme de choux-fleur...

 

Bref, courage cher visiteur, garde la tête haute, le sourire Colgate, tu peux le faire, tu vas y arriver, tu as toute les clés en main, n'aie pas peur et franchis la porte... je t'attends....enfin on t'attend....de pied ferme!

10649982_1509441305987796_7822194832802914253_n