Il y a un peu plus d'un an, j'ai reçu un appel téléphonique à la crèche qui allait changé pas mal de choses dans ma relation aux familles. C'était un papa au bout du fil, un peu paumé mais de cette conversation, je n'ai retenu qu'une phrase: "Ma femme a une leucémie." Le lendemain, j'accueillais sa fille June dans le secteur des bébés. En urgence, comme on dit. Une petite poupée aux grands yeux bleus si calme, si sereine, loin du tumulte qui l'entourait, du haut de sept mois.... J'ai très vite tissé un lien particulier avec ce papa qui jonglait entre sa paternité, ses obligations professionnelles et sa femme dans une bulle au CHU. Je lui ai alors proposé d'envoyer des photos de June sur le mail de sa femme, depuis mon téléphone. Tous les jours, trois, quatre, cinq photos s'envolaient vers cet atmosphère aseptisé qu'était l'oncologie, avec toujours quelques phrases pour lui raconter les progrés de June, qu'elle pensait fort à sa maman-combattante, qu'elle avait de nombreux copains, etc, etc... Chaque jour, cette maman me répondait un petit mot tout adorable, comme quoi elle avait pleinement confiance en l'équipe pour bien s'occuper de sa fille, que toutes ces photos étaient le rayon de soleil de sa journée. L'expérience a duré de nombreux longs mois... Jusqu'au jour où le verdict est tombé: rémission. J'étais tellement heureuse, tous les trois allaient enfin revivre sous le même toit. Lorsque la maman est venue récupérer June à la crèche, on prenait toujours un temps pour un sourire, un petit mot, je savais que notre relation resterait spéciale. Elle m'avoue alors que mes photos ont été un moteur pour se battre contre cette fichue maladie, que pour sa fille si pleine de vie, elle ne pouvait baisser les bras. Les mois ont passé, ses cheveux ont repoussé, son allure féminisé. En fait, j'ai presque oublié. Je l'ai vu mardi dernier, le sourire aux lèvres avec ce grand soleil, sa casquette vissée sur la tête et ses grosses lunettes de soleil: elle allait emmener June au parc. Mais vendredi, quand le papa a emmené June à la crèche, j'ai appris que la maman avait été hospitalisée en urgence, infection pulmonaire y paraît. Mon coeur s'est mis en alerte. Sauf que ça signifiait pas rechute, ça pouvait pas être si grave, c'était forcément soignable. En fait, non. La maman de June est morte aujourd'hui. Et je pleure de rage. Je pleure de tristesse, de colère, de tout. Comment après tant d'épreuves peut-on enlever une maman qui retrouvait tout juste une relation avec sa fille? Mais pourquoi? Pourquoi? Pourquoi???? La vie est vraiment une salope...

Anger_by_ravenousbeast

Source: Deviantart, Auteur: Ravenousbeat

94894838